Brève histoire

C’est au début du XXème siècle que des pédagogues, des médecins, des psychologues, des philosophes ou des parents…, s’interrogèrent sur les différents systèmes scolaires en pratique dans les pays de l’Europe toute entière (ouest, centrale et est), et les pays anglo-saxons. Leurs observations de l’enfant les amenaient à constater l’inadaptation de ces systèmes au développement naturel et social des enfants et à proposer des pistes de recherche aux praticiens. Les uns s’orientèrent vers la mise au point de techniques nouvelles, ou des divers matériels d’apprentissage ; d’autres affirmèrent qu’il s’agissait essentiellement de changer la mentalité des éducateurs et, tout d’abord, leur regard sur l’enfant.

Photo de Roger Cousinet

Roger Cousinet

Parmi eux, Roger Cousinet, fondait en 1920 « La Nouvelle Éducation », et écrivait ses premiers livres : La vie sociale des enfants, Une méthode de travail libre par groupes, Pédagogie de l’apprentissage, dans lesquels il considérait l’enfant comme un apprenti, et définissait les différentes façons d’envisager l’acte d’apprendre.
La guerre de 39-45 vint interrompre presque toutes ces tentatives, mais dès 1945, ces novateurs ouvrirent des écoles, relancèrent des revues, organisèrent des rencontres…. Ainsi Roger Cousinet et François Chatelain ouvrirent une école Nouvelle à Meudon, et fondèrent un mouvement et une revue : « L’École Nouvelle Française ».
D’autres Écoles Nouvelles ouvrirent leurs portes dans différentes régions, à l’initiative de parents, d’équipes d’enseignants, de praticiens, de chercheurs….

C’est dans tout ce riche terrain pédagogique que l’Éducation Nouvelle a pris ses racines. En 1969, des Écoles Nouvelles s’associent dans l’ANEN : Association Nationale pour le Développement de l’Éducation Nouvelle. Le point commun à tous ces chercheurs en pédagogie a été l’observation du développement des enfants, non pour agir dessus, mais dans le but d’agir sur le milieu scolaire, pour le rendre plus favorable et sans cesse mieux adapté à la croissance autonome de l’enfant. Les écoles nouvelles poursuivent plus spécialement le travail de Roger Cousinet, sur l’acte d’apprendre :
« L’Éducation Nouvelle, dit Roger Cousinet, ne comporte pas de système, ce n’est pas un ensemble de règles ou de procédés, ni même de méthodes…. C’est un esprit, on ne peut prendre une part de cet esprit. On le fait sien tout entier ou on lui demeure étranger. »