Echanges de pratiques 2008 – Sanctions, Réparations, Lois, Limites

COMPTE RENDU DE L’ATELIER
Sanctions, Réparations, Lois, Limites

La pédagogie institutionnelle est un ensemble de médiations qui articulent le désir de faire de l’élève « qui n’est pas forcément plaisir » et la loi nécessaire à toute vie sociale.

Pour être entendu et avoir une chance de se réaliser, le désir doit nécessairement passer par le langage « d’où les différents lieux de parole ». Quant à la loi, elle signifie à l’élève qu’il fait partie d’une civilisation « Tout n’est pas permis ni possible » C’est dans un aller-retour constant entre le désir et la loi que cette pédagogie fait sens.

Les quatre « L » : lieu, limite, loi, langage.

Pour exister vraiment comme sujet, l’élève doit pouvoir s’inscrire quelque part, investir des lieux variés qui permettent d’être « je » au milieu des autres. Mais être « je » ne peut se faire dans toute la puissance : Les autres existent et il apparaît souvent indispensable de marquer des limites « de lieu, de temps, de pouvoir » afin que chacun ait sa place.

Les lois fondamentales ne peuvent être remises en cause ni par l’élève, ni par l’enseignant. Traduites de façon explicite et affichées, ces lois fondent le lieu « classe », fixent des limites.
-  « Ici, c’est une classe, chacun est là pour apprendre »
-   l’interdit de violence « obligation à la verbalisation »
-   « Ici, chacun a le droit d’être tranquille dans son corps, dans son cœur, dans ses affaires ».

Le Négociable : les règles de vie, les sanctions.

Tout ce qui sera décidé au conseil sera de l’ordre des règles de vie. Elles sont des aménagements de la loi, qui permettent de mieux la respecter. Elles naissent en fonction des situations rencontrées des difficultés et des besoins.

La sanction « terme neutre préfère à celui de punition » est nécessaire car elle marque une butée, assure le pérennité de la règle.

Si des transgressions répétées interviennent sans sanctions la loi est niée.

La sanction reconnaît à l’individu la responsabilité de ses actes, donc sa dignité de personne humaine consciente.

Des limites deviennent nécessaires pour que chacun puisse exister. La loi, parce qu’elle est la condition de l’accès au langage joue pour l’élève un rôle libérateur. Les règles de vie en constituent une ré appropriation par chacun par le groupe.

Les transgressions débouchent alors sur des sanctions nécessaires à la construction de la personnalité de l’enfant et respectueuse de la dignité.

Les lois : A l’extérieur de l’école, les lois françaises auxquelles chacun est soumis. Elles sont traduites dans la classe par les lois fondamentales. Dans l’école, le règlement intérieur. Dans la classe, les règles de vie et les décisions prises.

Sanctions, Réparations, Lois, Limites : Discussions et échanges

Réflexions sur : Sanction, Punition, réparation

La Sanction est neutre : prise d’acte ou réparation.

La Punition c’est un « non-retour ».

Peut-on utiliser le mot sanction en éducation nouvelle ?

A noter que la réparation a ses limites : tout ne peut être réparé.

Les règles de vie :mise en place, respect. Le conseil élabore les règles de vie. Il permet
-  leur évolution
-  l’aménagement de la loi
-  l’approbation par tous

Les règles de vie sont des règles simples (collées dans le cahier) :
-  je ne frappe pas ; je ne bouscule pas ; je ne menace pas….Je ne crache pas, je ne jette rien, je respecte le corps de chacun, je ne règle pas mes problèmes par la violence, je ne me moque pas, je ne sors pas des limites.

Des dispositifs sont mis en place pour les faire respecter :
-  Tableau des droits et devoirs (E.Brandt cf documentation) : mes droits, mes devoirs , je m’engage à… ;. Ce « cadre » met en sécurité et l’enfant et le groupe et l’enseignant.
-  Tous ces items sont aussi appliqués à des actions : libre circulation… Non-respect des consignes entraîne des croix. 3 croix ajoutées = convocation chez la directrice. ; des sanctions.

Chez les petits la sanction peut être sortir du groupe, sortir de la classe.

La sanction doit être posée par l’adulte

-  ceintures de comportement expérimentées à la Prairie et au Chapoly Après 3 ans d’expérience, leur utilisation est positive et permet aux enfants de grandir. S’avère une pratique cohérente. Elles sont gérées par : l’enfant + enseignant+ parents La ceinture de comportement permet une régulation, une harmonisation sur toute la journée. L’enfant demande de passer sa ceinture en assemblée. On lit les compétences et l’enseignant décide. Les ceintures génèrent un climat permanent qui encourage et permet à l’enfant de percevoir les enjeux de sa demande

Quelle réparation proposé e ? quand ? Pourquoi ? Il est important que la réparation soit en cohérence avec la faute réalisée Le temps est nécessaire entre la faute, le conflit et son débat en conseil et le débat sera de meilleure qualité, plus objectif. Le temps permet le « dépassionnement », donne le recul pour une meilleure analyse….

La discussion en conseil d’un cas permet aux enfants de réfléchir sur eux-mêmes. Elle amène à une réflexion générale que chaque enfant pourra s’approprier.

Quelle est l’utilité de la réparation ?

Exemples de réparation : Exemple 1 : Un enfant victime de trois autres enfants. Problème récidivant malgré les discussions avec adultes, en conseil. Après récidive, l’adulte prend la décision = pendant trois jour, un des trois ira jouer avec l’enfant victime, en tête-à-tête.

Exemple 2 : un enfant a bousculé une petite fille qui s’est cassé les dents. Convocation du conseil contre la violence : directrice, parents et délégués d’enfants L’enfant a mixé la nourriture pour cette petite fille pendant un temps défini.

Exemple 3 en collège
-  Service d’intérêt collectif, souvent aide aux petits de maternel (taille des crayons…) ;

Déplacement libre des enfants dans l’école : comment le gérer ?

A la source, l’école est spacieuse. Les déplacements sont donc nécessaires et sont donc gérés et contrôlés. Pré requis le règlement Les autorisations de circuler dépendent de 2 permis à points : – cantine et couloirs des classes. Le permis a une période de vie courte car il est remis à plein chaque semaine.

L’enlèvement des points amène au retrait du permis : remise du permis en conseil et après discussion avec l’adulte. Une liste est affichée dans le couloir.

Réparation le plus possible en relation avec la faute ; ou rendre service.

Besoin d’une zone et moment « libres » « autogérés » pour les enfants.

Ecole aujourd’hui : nécessité d’une bonne gestion d’un petit espace ! Un temps de « corps à corps « dans le préau (15’) est possible : le préau est un lieu sécurisé :lino, tapis, pas de chaussures. Le nombre d’enfants est limité. Les classes y vont chacune à leur tour.

Pas d’ adulte à l’intérieur. Mais un à l’extérieur, non impliqué dans ce qui se passe à l’intérieur, sauf si…

Ce que l’on remarque : Jeu de la bagarre. Peu ou pas de problème physique car les enfants prennent conscience de ce qui peut faire mal. Les enfants instaurent d’eux-mêmes des règles entre eux.

Ce Temps parce que « libre » crée des souvenirs merveilleux pour les enfants.

Si violence, le temps de préau sera annulé pour une période, pour le groupe….

Et en collège ? A Toulouse : La vie quotidienne est gérée par les règles de vie sous forme : « j’ai le droit » et « j’ai le devoir » adaptées à des situations très précises : en classe, en EPS, en CDI, au self, sur les tenues vestimentaires, sur les déplacements dans l’établissement, sur la santé, l’utilisation du réseau informatique, les délégués et la liaison avec la famille.

Fiche de réflexion à remplir par l’élève. Fiche de suivi à signer par l’élève et les parents. Contrat d’engagement en lien avec le contrat de réinscription

Cas de « dépassement des limites » en collège :
-  Droit d’exclusion : Enfreindre la règle entraîne la sortie de la communauté, pour réfléchir. Exclusion d’un cours, de la journée… suivie du retour et de la réparation.
-  Sollicitation des parents car ce n’est pas toujours à l’école que se situe la cause du « dépassement ».
-  situation qui peut aboutir à des propositions de « cohabitation » (enfant,enseignants, parents)

Et dans un CLAE ? Temoignage de Toulouse Les lois fondamentales instaurées ne sont pas négociables. Elles sont présentées au moment de l’accueil : Je ne crache pas, Je ne jette rien, Je respecte le corps de chacun, Je en règle pas mes problèmes par la violence, Je ne me moque pas, Je ne sors pas des limites.

Le suivi des enfants est géré par le contrat d’accompagnement entre l’enfant, l’animateur, et les parents et le contrat de comportement entre l’enfant, l’enseignant et les parents. Le bilan est hebdomadaire.

d’après les notes de Nathalie Perrin (Enseignante, Ec.Aujourd’hui), Corinne Iran (Enseignante, E.Brandt) et Catherine Dubois (Parent, Antony)

Laisser un commentaire